Bonjour, bonjour,

 

Toujours aussi en retard concernant les résumés de mes lectures, je vais aujourd’hui vous faire le compte-rendu de ma lecture du mois de mars.

Mon choix s’est tourné vers un livre acheté chez France Loisirs (le dernier d’ailleurs, j’ai résilié depuis) dont le titre est « Mon ami BenUn chat sauve un enfant de l’autisme ».

mon_ami_Ben

Le fait que le sujet de fond (l’autisme) soit le même que le livre présenté en février n’est que pur hasard, pourtant ce fût intéressant de pouvoir comparer des récits basés à la base sur le même sujet.

Julia Romp, l’auteur de Mon ami Ben, raconte de manière très simple et fluide l’histoire de son fils Georges, autiste, qui s’est ouvert au reste du monde (et à sa mère) dès l’instant où Ben, simple chat de gouttière, est entré dans sa vie.

Résumé de chez France Loisirs :

« Ben est un petit félin intelligent. George un petit garçon différent. Autiste, il a beaucoup de mal à communiquer. Le jour où notre tendre boule de poils entre dans sa vie, il se transforme, s’attache, parle davantage et, finalement, s’ouvre aux autres.
Témoignage d’une mère qui a traversé de dures épreuves pour venir en aide à son fils, ce livre poignant dit combien l’amour d’un animal peut tout changer. »

 

A la base, j’ai acheté ce livre car je suis fan des chats (oui je sais, vous n’êtes pas étonnés ^^) et j’ai été ravie de cette lecture.

Le récit, comme dit plus haut, est très simple (un peu trop parfois mais bon ça n’est que mon avis), sincère et honnête, on y découvre les aléas d’une vie avec un enfant autiste, complètement fermé au monde qui l’entoure (et encore le mot est faible) dès sa naissance.
Le récit de Julia Romp est parfois prenant tant son courage a été exemplaire (en même temps, je crois que lorsqu’on devient mère, on ne peut pas parler de courage, c’est naturel, normal, voilà tout).

Lire au fil des pages, comment Georges, s’est ouvert et s’est révélé à son entourage grâce à cette petite boule de poils, je trouve ça très mignon, adorable, attendrissant, bref, tous les adjectifs qui s’y rapportent.

Il est vrai qu’on tisse, parfois sans s’en apercevoir des liens indéfectibles avec nos animaux, notamment avec un chat.
Dans ce récit, on prend également pleinement conscience qu’une famille, ça n’est pas forcément un père, une mère et un ou des enfants : nos animaux, ici Ben en l’occurrence, en font partie intégrante.

Cette lecture fut très agréable, je la recommande, notamment si vous êtes en vacances, ce livre est très facile à lire.

Bonne journée,

 

~°~